Retravailler après un cancer : bien s’y préparer

cancer-retour-travail-entreprise-RH-professionnel

Dans la majorité des cas, les patients atteints d’un cancer cessent d’exercer leur activité professionnelle pour se consacrer exclusivement à leur combat et gérer plus facilement leur thérapie. Mais lorsque la bataille a été remportée, le retour au travail peut parfois être difficile… Comment bien s’y préparer ? Suivez le guide.

Comment préparer sa reprise après un cancer ?

Pendant de longs mois, la vie du malade s’articule autour de la lutte contre le cancer. Elle est régie par la pathologie, les visites médicales, les bonnes et les mauvaises nouvelles, les effets secondaires des traitements… Le cancer est chronophage. Mais lorsque la guérison est prononcée, reprendre le cours de sa vie peut s’avérer plus déstabilisant qu’il n’y paraît.

Retrouver le chemin du travail constitue généralement l’étape la plus importante du retour à la vie normale. Pour certains patients, il s’agit d’une haute marche à gravir, notamment chez ceux dont l’état de santé général a été considérablement altéré par la maladie. Pour rappel, le cancer représente la première cause de mortalité par maladie en France. La donation contre le cancer est un acte plus que jamais crucial pour soutenir la recherche et les patients.

Quels sont les aménagements professionnels envisageables ?

Il est conseillé de consulter le médecin du travail à l’occasion d’une visite de pré-reprise. Si celle-ci n’est pas obligatoire, elle va permettre au praticien d’envisager, si nécessaire, certains aménagements en termes de temps de travail ou d’activités. Il se mettra alors en relation avec l’employeur pour définir les modalités du retour au travail.

Lorsque le cancer a laissé d’importantes séquelles, la mise en place d’un mi-temps thérapeutique est parfois proposée au salarié sur recommandation de l’oncologue et du médecin-conseil de la Sécurité sociale. Ce dispositif prévoit le versement d’indemnités journalières en complément d’une rémunération à temps partiel. L’après-cancer fait aussi partie de la prise en charge du cancer dans sa globalité. Pour avancer dans ce domaine, il faut continuer à donner à la recherche contre le cancer.