Accidents du travail : quels risques pour les entreprises ?

Bien qu’il soit difficile de lister tous les risques existant en entreprise, il est possible de dresser un panorama des principaux dangers auxquels sont exposés les salariés en France.

Accident du travail : état des lieux en France

Selon l’Officiel Prévention, le nombre d’accidents du travail a énormément diminué depuis maintenant trente ans. C’est tout particulièrement le cas pour les décès qui ont chuté de 40 %. Pourtant, on dénombre encore 700 000 accidents professionnels en moyenne chaque année, dont environ 600 décès. Selon la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (CNAM), ce sont trois régions qui sont les principales victimes de lésions : les mains à 25 %, le tronc à 21 % et les membres inférieurs à 19 % (hors pieds). Pour ce qui est des domaines les plus touchés, c’est de loin le secteur de la construction qui s’avère être le plus accidentogène. Le BTP (bâtiment et travaux publics) concentre en effet les accidents les plus graves et les plus fréquents. Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), la manutention manuelle est la première cause d’accident, devant les accidents de plain-pied et les chutes de hauteur.

Les solutions pour limiter les risques

Comme l’explique l’Officiel Prévention, les risques sur le lieu de travail peuvent prendre de nombreuses formes : mécaniques, physiques, chimiques, biologiques, radiologiques ou encore psychologiques. Pour limiter les accidents du travail, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a un rôle essentiel, notamment par ses actions de prévention, de consultation et de contrôle. Cet organisme pourra, par exemple, être consulté dans le choix d’un fournisseur d’EPI (équipement de protection individuelle) ou dans la mise en place d’un marquage d’EPI. En tant qu’organe de contrôle, il aura aussi pour mission de s’assurer du bon nettoyage des EPI, des accessoires et outils indispensables à la sécurité des travailleurs.